La reine du découpage dans Miroir Mag

LAREINEune cadre

« C’est l’histoire d’une petite fille, Cécile. Une histoire qui se passe en Côte d’Or dans les années 1950 à 60 et qu’elle tient à raconter elle-même, avec ses propres mots.  “Dans la belle cité des Ducs de Bourgogne, mon arrivée précoce s’est éternisée après minuit, l’heure magique et effrayante. La lune ne m’a pas éblouie quand j’ai ouvert mes yeux noirs sur Anne, la sage-femme qui accomplissait là son premier accouchement.” L’incipit nous rappelle l’ouverture d’un roman d’Amélie Nothomb (Métaphysique des Tubes). La personnalité à la fois curieuse de la vie et rebelle de Cécile aussi. Le roman est imprégné de toutes ces marques et références mainstream qui font l’époque. Dès la première page, on rencontre les Babybel et Sidney Bechet puis rapidement Petit Bateau, la gaze hydrophile Codex. Mais plus intéressant, l’auteur répertorie un nombre incalculable de références locales pour beaucoup disparues. On croise donc la fameuse ligne de train PLM (Paris-Lyon-Marseille) qui a façonné la Bourgogne industrielle, mais aussi le kéfir dont elle donne la recette à travers Monique, on croise aussi Tony Fallone, musicien et accordéoniste bourguignon, le journal L’Avenir de la Côte-d’Or ou encore la recette de l’encre violette des écoliers, fabriquée à base de gentiane. » LE MIROIR

Pour voir la critique sur le site du magazine : http://www.miroir-mag.fr/64598-bouquins-la-reine-du-decoupage/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s